Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les acouphènes

Vous ou l’un de vos proches souffrez d’acouphènes ? Ces « bruits fantômes » qui existent seulement pour la personne qui les entend peuvent créer un véritable inconfort. D’où viennent les acouphènes ? Quels sont les facteurs de risques ? Comment les prévenir ? Partez avec nous à la découverte de ce symptôme qui n’a pas encore livré tous ses mystères.

Qu’est-ce qu’un acouphène ?

Un son intérieur

Un acouphène, c’est un bruit qu’on entend mais qui n’a pas d’origine extérieure. Impossible ? Pourtant, les personnes qui souffrent d’acouphènes entendent bien un son mais ce son n’existe pas pour les autres personnes autour. Il s’agit souvent d’un sifflement, d’un cliquetis ou d’un bourdonnement, dans une oreille ou les deux, parfois plutôt ressenti à l’intérieur de la tête.

 

Les acouphènes sont plus courants qu’on ne l’imagine : en France jusqu’à 20 millions de personnes en souffriraient (source : Enquête JNA/IFOP 2020). Près d’1 Français sur 2 déclare d’ailleurs en avoir déjà fait l’expérience (source : http://www.journee-audition.org/pdf/web-2014.pdf).

Les différents types d’acouphènes

"C'est dans la tête..."

Certains acouphènes sont liés à un bruit qui se produit à l’intérieur du corps. Par exemple une artère qui crée un souffle. Ce bruit a donc une existence réelle mais ne peut être entendu que par la personne concernée. On parle d’acouphène objectif.

 

D’autres acouphènes sont créés de toutes pièces par le système auditif, sans qu’il n’existe aucun son mesurable à l’extérieur du corps ou à l’intérieur. Un peu comme une illusion d’optique, mais pour le système auditif. On parle alors d’acouphène subjectif. C’est l’écrasante majorité des acouphènes : 95 % sont subjectifs !  

Quelle est la cause des acouphènes ? 

Cortex auditif cherche informations depuis l’oreille

Pour simplifier, les acouphènes sont créés par le cerveau qui génère des sons imaginaires à la suite d’un dysfonctionnement de l’oreille interne. Les causes sont nombreuses et variées mais les acouphènes sont souvent liés à une surdité, parfois minime, parfois plus profonde. Un acouphène est toujours lié à l’histoire particulière de chacun.

Chez les personnes âgées, la perte d’audition liée à l’âge (on parle de presbyacousie) est donc une cause de déclenchement des acouphènes.

Les acouphènes peuvent aussi commencer après un traumatisme sonore. Le cas le plus fréquent ? Ecouter de la musique trop fort, lors d’un concert ou un festival par exemple, mais aussi avec des écouteurs dans les oreilles. La perte d’audition peut alors générer sifflements ou bourdonnements.

Parfois aussi, un bouchon de cérumen peut déclencher des acouphènes tout comme certains traumatismes crâniens ou encore certaines maladies.

 

Que se passe-t-il exactement dans un cerveau qui crée des acouphènes ? Les hypothèses sont nombreuses. Grosso modo, privé d’informations, le cerveau et plus précisément le cortex auditif « fait comme si » il recevait des sons. Cela ressemble un peu au membre fantôme : quand on perd un membre, le cerveau génère tout de même des sensations alors que le membre n’existe plus ! 

Quels sont les facteurs de risques ?

On l’a compris, l’âge est un facteur de risque puisque la perte d’audition liée à l’âge déclenche des acouphènes.

Toutes les personnes qui sont exposées au bruit ont plus de risques que les autres de déclencher des acouphènes : musiciens, travailleurs du bâtiment, ouvriers d’usine…

 

Enfin, certains médicaments peuvent créer des acouphènes comme effet secondaire indésirable. 

Quels impacts sur la vie quotidienne quand on souffre d’acouphènes ?

Les conséquences des acouphènes sont très variables d’une personne à une autre que ce soit en termes d’intensité, de durée ou de répercussion sur la qualité de vie.

Quand les acouphènes sont ponctuels (souvent consécutifs à un traumatisme sonore), l’impact sur la vie quotidienne est limité.

 

En revanche, les acouphènes chroniques peuvent s’accompagner de douleurs. Ils déclenchent aussi des réactions émotionnelles qui peuvent perturber la vie des personnes concernées. La nuit, par exemple, en l’absence de bruit extérieur, les acouphènes peuvent devenir obsessionnels et déclencher des insomnies ou des troubles du sommeil.  Parfois, la personne concernée s’isole et peut même plonger dans la dépression. 

Comment vivre avec les acouphènes ?

Protéger ses oreilles

Il n’existe pas de traitement miracle pour faire disparaître les acouphènes. Mieux vaut donc prévenir leur apparition.

La précaution principale pour éviter les acouphènes est de protéger ses oreilles des bruits forts, qu’ils soient ponctuels ou permanents.

Pour cela, on peut porter différents types de protections comme des bouchons d’oreilles bien sûr mais aussi des casques de protection sur le lieu de travail ou lors de séances de bricolage par exemple.

Les dangers du bruit : comment sauver nos oreilles ?

Il existe plusieurs façons de gérer les acouphènes et de pouvoir mieux vivre avec, mais dans la majorité des cas ils ne disparaîtront pas totalement. Chacun ressent les acouphènes différemment.

  • Il est indispensable de consulter rapidement (sous 48 heures) un médecin spécialiste en cas de manifestation de symptômes d’acouphènes ou de traumatisme sonore.
  • Le stress peut également augmenter la perception des acouphènes. Toutes les techniques anti-stress sont donc conseillées pour avoir une meilleure tolérance à ces bruits fantômes : sophrologie, yoga, promenades en pleine nature, méditation…
  • N’hésitez pas à vous rapprocher d’associations compétentes comme France acouphène ou La journée mondiale de l’audition. Elles peuvent vous fournir informations et conseils utiles.

Dans tous les cas, mieux vaut éviter le silence complet, dans lequel les acouphènes ressortent beaucoup mieux. Une musique douce, le bruit léger d’un ventilateur, peuvent suffire à rendre les acouphènes plus supportables.

Qu’est-ce que l’hyperacousie ?

Quand tout devient trop fort…

Certaines personnes qui souffrent d’acouphènes ont développé une intolérance aux bruits. On parle d’hyperacousie. Les bruits deviennent gênants voire douloureux. Moins bien identifiée que les acouphènes, on estime pourtant que l’hyperacousie les accompagne dans 40 % des cas (source : http://www.journee-audition.org/pdf/web-2014.pdf).

Quoi qu’il en soit, si les acouphènes vous font souffrir, consultez un spécialiste. Il pourra vous accompagner et vous proposer dans certains cas des prothèses auditives spécifiques ou un générateur de bruits blancs qui peut soulager les acouphènes et/ou l’hyperacousie.

Wishlist 0
Open wishlist page Continue shopping